banniere
 

 

 

SITE REALISE PAR

 

 JACOTTE TRABUC

 

TOUS LES TABLEAUX DE CE SITE  FONT
PARTIE DE COLLECTIONS PARTICULIERES

 

 




 

LAURIS 1981 - 1982



ROBIN HOODEn novembre 1981, nous avions acheté un Whippet (le premier lévrier de sept suivants) ce qui était un événement car nous avions toujours eu des chiens récupérés (deux teckels échangés contre des tableaux).


Malgré mon attirance pour "un blond", Louis avait voulu absolument le plus malingre de la portée pour sa couleur d'aquarelle, un mélange harmonieux de bleu pastel et de rose !.


 

ROBIN ET LOUIS ROBIN INTRIGUE PAR UNE TORTUE EN GRECEROBIN AU FRIOUL

 

DESSIN LOUIS

UGOLINE DE LA FULMINANTE ET ROBIN HOOD DE L`ERMITAGE d`ALLAUCH - DESSIN DE LOUIS


Robin Hood, charmant et délicat, était de ce voyage "mémorable" passant les frontières, caché dans un sac de sport. Il avait eu un succès fou surtout en Italie où de joyeux attroupements nous entouraient, mettant une note de fantaisie et du rire dans cette ambiance pesante.

Dans ces pays peu canins, le lévrier est un privilège par sa rareté car il a été pendant plusieurs siècles le chien des Rois et des Aristocrates qui étaient les seuls à pouvoir en posséder.

Il fait partie aussi du patrimoine culturel mondial où il est représenté dans une multitude d'oeuvres d'art en tout genre, d'amateurs aux plus grands maîtres, enrichissant leurs oeuvres par son élégance et sa beauté (diaporama ci-dessous).

 

HUILE SUR TOILE PIERRE TROFIMOFF

En novembre 1981, il participe pour la première fois au Salon de Peinture d'Allauch, un village proche de Marseille où les peintres régionaux exposaient depuis cinquante quatre ans : "Le Vieux Bassin" ; il y avait retrouvé Denise Bourdhouxhe et son cher ami Pierre Trofimoff qui habitait dans le Var à Revest les Eaux (décédé en 1996).



 


PHOTO LES ALPILLES - LES BAUX



L'invité d'honneur était Antoine Serra que nous avions rencontré dans son atelier troglodyte du "Mas du diable" d'où il apercevait la vallée des Baux aux paysages époustouflants, un des plus beaux et des plus typiques lieu de notre région.


PHOTO OLIVERAIE LES BAUXLES OLIVIERS DE LA VALLE DES BAUX - ANTOINE SERRA



Louis n'a pas beaucoup peint des nus, mais il en a beaucoup dessiné ... une combinaison de diverses techniques au crayon, à la mine de plomb, au fusain puis au pinceau pour les couleurs ou au trait d'encre de chine.

Il aimait pour support un papier de qualité auquel il trouvait en caressant le "grain" du revers de la main, une certaine sensualité.

Ses dessins de nus ont presque toujours un coté "coquin" qui gardent par son écriture graphique originale un certain raffinement, ce qui est plus difficile en peinture.
 

CARNET DE DESSINS DE NUS

 

Tous les plasticiens, à part les classiques et les puritains, se sont défoulés en révélant dans de multiples procédés leurs fantasmes sexuels allant de la lubricité à la vulgarité jusqu'à la pornographie dont la reproduction provoque le scandale ! un tremplin construit par les médias avides de faits croustillants qui les diffusent mondialement et apportent la notoriété à un inconnu, devenu "un maître" tel que Jeff Koons et bien d'autres.

Ces artistes contemporains du XXI ème siècle sont devenus des chefs d'entreprise, propriétaires d'usines où leurs ouvriers réalisent leurs oeuvres dans divers formats, en multiples, en gigantesques, en objets. Pour eux, les peintres "de chevalet", tous sans exception, sont des "ringards". La peinture compliquée est devenue incompréhensible et démodée.

Tom Wolf qui déteste cette nouvelle forme de créativité dit que c'est un "art sans mains". Il les juge sévèrement en constatant que "le lapin géant" de Koos est fait avec des ordures (Arman les employait aussi) et que "Le Requin" de Hirst conservé dans le formol, vendu, a pourri et il a dû être remplacé.

Le goût des amateurs d'art a beaucoup changé. Il y a quelques années, ils n'aimaient et rachetaient que des oeuvres uniques. Toutes les oeuvres sur papier reproduites telles que les lithographies, les sérigraphies, les photographies étaient invendables (un peu mieux les gravures), ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

C'est bien difficile de comprendre pourquoi nos contemporains ont cette attirance pour la laideur quand il y a tellement de sublimes tableaux à contempler pour nous apporter un enchantement visuel indispensable au rêve et pouvoir s'évader du quotidien.
LE BAIN TURC DE JEAN BAPTISTE INGRES

"Le Bain Turc" de Jean Baptiste Ingres qu'il a peint en 1780 à l'âge de 82 ans (cinq ans avant sa mort) est un des plus beaux chefs d'oeuvre de nus au monde. En glorifiant les corps féminins tout en ronde-bosse à la sensualité discrète et raffinée, il démontre aussi dans cette merveilleuse peinture qu'il était aussi un dessinateur génial.

Louis avait pu l'admirer une dernière fois lors de la remarquable exposition de cinq cent oeuvres d'Ingres présentées au Musée de la Provence Antique à Arles en 2006 / 2007.

Les dessins étaient présentés dans des tiroirs étirables de meubles bas pour pouvoir les voir à plat sans être gênés par un encadrement vitré aux reflets  brillants.

Cette manière originale de présentation était bruyante et donnait  une ambiance "à la bonne franquette" dans un lieu normalement silencieux, transformant ce va et vient de tirages en jeux ludiques !.

Ce musée changeait agréablement de l'austérité de beaucoup d'autres, poussiéreux, dégradés et mornes !. En dehors de la ville, on découvre ce monument à l'architecture contemporaine dans un vaste parking au bord du Rhône.

Les tableaux se suivaient chronologiquement sur un parcours de beauté avec en point final, l'apothéose accroché sur une cimaise sombre le lumineux "Bain Turc", provoquant un choc visuel inoubliable.



Certains peintres n'ont pas ce talent et cachent cette carence sous des techniques modernes ou d'épaisses couches de peinture ce qui n'était pas le cas de Pierre Ambrogiani, à la pâte généreuse qui exécutait avec sa puissance ses nus d'un seul trait sans aucun rechampi.
 

NUS PIERRE AMBROGIANI


Pierre Daboval avait cessé définitivement d'être "un peintre" pour se consacrer au dessin. Après sa période réaliste, il dessinait sur des grands formats des scènes érotico-fantastiques où ses fantasmes s'éclataient dans un exubérant enchevêtrement de phallus et de formes sexuelles, un érotisme joyeux et malicieux qui faisait sourire.

DESSIN PIERRE DABOVALDESSIN PIERRE DABOVAL


















Mais, le maître incontestable de "l'ambiguïté" est évidemment le génie du XX ème siècle, Pablo Picasso avec ses personnages et ses animaux à la sexualité naturelle.

GRAVURE PABLO PICASSO
 

LA MELANCOLIE - GRAVURE ALBRECHT DURER- MUSEE DU LOUVRE

Dans son enfance, Louis vivait dans un milieu où sa vision artistique se limitait à des perturbantes images pieuses qui lui donnaient le cafard. Une mélancolie où il se réfugiait  adulte pour une masturbation artistique laissant passer l'inexorable fuite du temps si précieux pour tous les créateurs.

 

 



Très marqué par l'éducation archaïque de cette époque aux multiples sujets tabous où la censure muselait la culture, la nudité en faisait partie.

Il avait hérité certainement génétiquement de ce don du dessin inné d'un ancêtre inconnu ?, car enfant il dessinait avec beaucoup de dextérité et de talent sans avoir eu une formation. Il aurait pu être seulement un dessinateur...

Il ébauchait ses toiles au fusain qui étaient en fait leurs squelettes pour ses sujets préférés et il les complétait  par des dessins de petites dimensions sur des thèmes qu'il ne peignait pas beaucoup, des nus et des portraits.

Il a dessiné plus rarement des grands formats.

DESSIN LOUIS TRABUCDESSIN LOUIS TRABUC



















 

LE COQ CHINOIS




HIVER SUR LA HAUTE PROVENCE

DESSIN LOUIS TRABUC
 

DESSIN LOUIS TRABUCDESSIN LOUIS TRABUC


DESSIN LOUIS TRABUC


DESSIN LOUIS TRABUC



































Afficher la suite de cette page
Louis Trabuc Artiste Peintre (Décembre 2008) 
Sauf autorisation il est interdit de reproduire les textes et les photos de ce site.